.L'enfer des TCA.

11 janvier 2011

Les régimes

C'est également un point très important.

Je pense qu'il concerne pas mal de monde.

Grossissant à vue d'oeil, je me suis décidée à me mettre au régime. 

J'ai tout essayé, soupe, scarsdale, mayo, dukan bien sur, etc

Le plus efficace aura sans aucuns doutes été le régime Dukan.

Le plus efficace, mais le plus dur à suivre pour une boulimique ! Plus le droit de rêver de chocolat et autres sucreries en tout genre.

Je l'ai trouvé très monotone. Je n'aime pas passer des heures en cuisine donc je mangeais souvent la même chose et ça n'a pas été très concluant. 

Il m'a fait perdre très vite, 3 kg mais je les ai repris aussi vite... avec 2 nouveaux kg

Je le referai bien parfois mais c'est vraiment difficile à suivre je trouve... Je vous en dirai plus par la suite.

Posté par Biscotte_ à 21:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Objectif 1

Mon poids étant redevenu stable (pas un gramme de plus pendant les fêtes, limite un peu moins) et les crises étant de plus en plus rares, j'entame demain matin l'objectif 1 : je me donne jusqu'au 24 Janvier pour être sous la barre des 70 kg.

Au programme : du sport, une alimentation équilibrée.

 

Posté par Biscotte_ à 21:01 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Nouvelles Résolutions

Après plusieurs mois dans cet enfer, j'ai décidé de m'en sortir, c'est pour ça que j'ai décidé de raconter mon histoire sur un blog.

Je pense que de plus en plus de jeunes filles sont concernées par ce type de problème, certaines cherchent sans doute la solution à tout ça.

J'ai choisi la mienne : consulter une nutritionniste et une psychologue, conjointement, pour résoudre le problème.

Je me donne quelques objectifs à court terme, histoire de se motiver, et d'évoluer enfin.

Posté par Biscotte_ à 20:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Le début de la fin

Je ne sais pas très bien quand tout ça a commencé, je dirai il y a un peu plus d'un an.

Une grosse rupture, un gros plantage scolaire, des relations conflictuelles avec mes parents, je me sentais seule, incomprise, nulle, sans amour, sans personne, sans rien, bonne à rien.

A partir de là, j'ai sombré dans une longue dépression, j'allais à la fac au compte goutte, j'avais coupé les ponts avec beaucoup de gens, je me laissais aller dans le mal être et la souffrance constante.

Alors pour me consoler lors de mes soirées mornes et solitaires, chocolats et gâteaux en tout genre. Jusque là, rien de grave, ça arrive à tout le monde.

Et puis j'ai essayé de reprendre une vie normale, une vie sociale surtout.

Au début je me sentais bien, boostée par mes nouveaux amis et les anciens retrouvés. Et puis j'ai commencé à me sentir en décalage. Je n'allais pas bien. Je ne savais pas pourquoi mais je ne me sentais pas bien.

J'avais l'impression d'être vide, une coquille vide, comme ma vie sentimentale. Les conflits avec ma famille ne s'arrangeaient pas. Je restais donc chez moi le week end, seule. Je n'avais pas envie de rentrer, de les voir, de leur parler.

Et à partir de là par moment, je ne pouvais pas résister, je devais manger, quoi que ce soit tant que ça me remplissait. Je mangeais en quantité impressionnante.  

Quand je rentrais chez mes parents la situation ne s'arrangeait pas. Je me cachais pour manger. Evidemment ils ont fini par remarquer... Lors de mes crises, je mangeais tout et n'importe quoi, généralement beaucoup de sucré, des glaces, du nutella avec du pain, de la confiture (jusqu'au pot entier parfois), des yahourts, des gâteaux (y compris ceux que je n'aime pas), de la compote, du chocolat et beaucoup, beaucoup de pain. Et dans les moments de grosses crises quand les placards étaient vides ça allait jusqu'au beurre avec des BN, alors que j'ai horreur de ça...

Le temps a passé, j'ai pris beaucoup de poids, mes parents se sont inquiétés. Mon père ne comprenait pas trop ce qui se passait, pour lui j'étais trop maigre avant, alors là j'étais juste devenue une jeune femme normale. Ma mère a tout de suite compris... Je sentais dans son regard de la tristesse, je culpabilisais, les crises s'amplifiaient, j'en suis venue à me faire vomir...

Et puis la boulimie a commencé à faire partie intégrante de ma vie, à me prendre 100% de mon temps, je ne pensais plus qu'à ça, mon poids qui grimpait sur la balance (parce que je ne me faisais pas beaucoup vomir, c'était trop dur). En un an j'ai pris 17 kilos. Aujourd'hui je fais 72 kilos, j'en faisais 55... pour 1m70...

Posté par Biscotte_ à 19:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]